Les SVT selon Rimbaud

03 octobre 2011

1, 2, 3 Partez !

Nous avons commencé le projet 'Peuplier'. C'est parti ! On espère vous revoir très vite ! IMG_1806

Posté par SVT-Rimbaud à 14:00 - Permalien [#]


11 octobre 2011

Compte-rendu de la recherche du peuplier

Pour répondre au projet génome organisé par l’INRA, le lycée Arthur Rimbaud participant à ce projet a organisé un voyage à la forêt de Saint-Amant parcelle n°436  pour permettre aux élèves de 1ere S1 et S3, et de 2K de récolter des  feuilles de peuplier noirs et gris afin d’étudier leur ADN.

 

Nous  nous sommes premièrement rendus dans  la forêt de saint-Amand parcelle n°436.

IMG_1753 

Nous avons été accueilli par M. Strunc qui nous a expliqué que les principaux arbres présents dans sa parcelle de foret sont :

-le chêne pédonculé

-l’hêtre

-le chêne rouge d’Amérique

-le pin sylvestre

-des peupliers grisard

 

Une variété d’essences est nécessaire dans une forêt pour éviter que celle-ci soit immédiatement détruite. Malheureusement, à cause de leur coté « envahissant » les peupliers noirs, grisard et tremble sont éradiqués.

Un cahier gère toutes les coupes et les plantations afin de maintenir un niveau de rendements élevés, de conserver la biodiversité des espèces et des âges. Pour limiter les dégâts sur les arbres causés par les sangliers ceux-ci sont chassés.

Nous avons, malgré leur rareté, trouvé plusieurs peupliers noirs, effectué des prélèvements et noté leurs coordonnées satellite afin de dresser une carte précise localisant les peupliers noirs présents dans le Nord Pas-de-calais. 

 IMG_1770

             Puis nous nous sommes rendus sur un chemin départemental ou nous avons trouvé un peuplier noir sauvage. Nous avons aussi fait des prélèvements et relevé les coordonnées satellites. 

 

             Pour finir nous nous sommes rendus dans un champ ou nous avons trouvé un autre peuplier noir sauvage.

 IMG_1808

                        Nous sommes à la recherche de tous les peupliers présents dans le nord (voir rubrique comment reconnaître le peuplier noir), donc si vous pensez en avoir trouvé un, et que vous voulez nous aider, merci de nous indiquer sa localisation !

 

             

                       

Posté par SVT-Rimbaud à 13:40 - - Permalien [#]

Les peupliers cultivés, c'est pas le pied !

 

 

Peupleraie

Les peupliers cultivés sont source de nombreux problèmes.

 

 

 

 

Tous des clowns, ces clones !

Les peupliers les plus répandus sont des hybrides, ils ont donc tous le même patrimoine génétique et le même âge. Lorsqu'un individu est exposé aux maladies, celles-ci se répandent rapidement d'arbre en arbre.

Ayant tous la même résistance, si l'un meurt, les autres connaissent le même sort.

De plus, ils sont à l'origine de pollution génétique : en effet, les flux de pollen provenant des peupleraies introduisent des gènes étrangers dans le patrimoine d'autres peupliers isolés.

 

La biodiversité des espèces régresse, le temps presse !

 

Pas net pour la planète !

 V%E9zenobre%20%E9lagu%E9%203

Sauvons l'environnement, halte au désherbant !

Les grandes quantités de désherbant utilisées au moment de la plantation, et l'utilisation massive des pesticides contre les insectes sont très nocives pour l'environnement.

 

On s'en fiche, mais pas nos «fish» !

Lorsque les feuilles de peupliers tombent sur les sols, elles utilisent une quantité important d'oxygène pour leur dégradation et libéreraient des substances toxiques pour les poissons.

 

Peuplier transpirant, attention à l'assèchement !

Le peuplier régule mal sa consommation d'eau : son eau s'évapore très vite par les stomates de ses feuilles. C'est pour cela qu'il consomme beaucoup d'eau, il vaut mieux donc le planter en milieu humide, sans quoi il assèche les sols.

 

 peupleraie1

 

 

NEVEJANS Solène

DUCHESNE Jeanne

ANDRE Léna

VIDOGUE Pauline

Posté par SVT-Rimbaud à 13:56 - - Permalien [#]

14 octobre 2011

Le Populus Nigra : un objet rare !

 

Le peuplier Noir, grand arbre de 25 à 30 mètres environ, a une longévité élevée. En effet il peut vivre plus de 200 ans alors pourquoi cette espèce à la bonne santé apparente est-elle si rare dans le Nord et dans le reste de la France?

Nous allons d'abord observer la présence du peuplier Noir dans notre région puis élargir nos recherches à l'échelle nationale .

 

Les exigences du peuplier noir.

Le peuplier noir est une espèce typique de la foret alluviale de bois tendre. En effet, il nécessite un sol constitué de différentes couches de limons, graviers, sables caractéristique de certains fleuves après les crues . Il s'installe donc sur les rives non-altérées par l'Homme. Cette formation végétale constitue un habitat remarquable pour la faune , reconnu comme prioritaire au niveau européen. De plus son système racinaire est performant, ils sont parfois accusés de déstabiliser les berges des cours d'eau en raison de leur faible enracinement, contrairement aux peupliers cultivés. Une période de sécheresse ou une brusque remontée du niveau de la Loire où ils sont le plus répandus , ou alors une baisse trop rapide serait fatale aux jeunes plantules .

En effet, il faut que ces jeunes plants soient suffisamment robustes à la fin de sa première année de croissance pour pouvoir résister aux crues automnales ou hivernales...

 

2. La présence du peuplier noir dans le nord et le reste de la France.

photophotos

Source : INRA

D'après cette carte de l'INRA , nous pouvons voir que le Populus Nigra est assez rare voire même absent dans notre région. Ceci s'explique par le manque de fleuves non-aménagés par l'homme mais aussi à cause de la forte industrialisation au courant du 19ème siècle. En effet durant ce siècle, beaucoup d'industries se sont développées notamment des industries de sidérurgie , de métallurgie et même de textiles.

Les bourgeons de peuplier noirs, gorgés d'hormones de croissance végétales et huiles essentielles, sont utilisés en gémmothérapie, médecine non conventionnelle.

- Le tronc du peuplier noir, quand il est droit est également très utilisé dans le bâtiment. Notamment, pour la fabrication de contreplaqué car il présente un aspect souple qui facilite le déroulage Par la suite, il entre dans la confection de nombreux produits de l'emballage aux intérieurs de bateaux. C'est un bois qui a une durée de vie très longue et qui ne se dégrade, en l'état naturel, que s'il est exposé à l'eau.

 

 

D'après cette même carte , nous pouvons voir que le peuplier noir est très présent dans le sud ,l'est de la France et notamment sur les bords de fleuves tel que la Loire , la Garonne et le Rhône. On peut aussi voir quelques espèces isolées dans certaines régions de l'ouest de la France. Cependant 12 régions ne sont toujours pas prospectées …

 

Conclusion: Le Populus Nigra , malgré son exigence indéniable , est très présent sur le territoire Français( carte : source INRA).Cependant il est très rare et même totalement absent dans certaines régions comme le Nord / Pas de Calais .

Mais pourquoi l'Inra préserve t-il cette espèce ?

 

 

Posté par SVT-Rimbaud à 13:44 - - Permalien [#]

Des SUPERGENES pour un SUPERPEUPLIER !!!

Le séquençage ADN a pour principal objectif de reconnaître les gènes intéressants, afin, par exemple, d’améliorer la croissance des plantes, de diminuer leurs besoins en eau ou encore d’augmenter leur résistance à des maladies.

        Les scientifiques cherchent actuellement un moyen de résister à la rouille, bactérie créée par un champignon (Melampsora). Celle-ci mute rapidement pour s’adapter aux gènes de résistance qui ont été implanté par l’Homme.

        On crée alors un « SUPERPEUPLIER » grâce au séquençage qui consiste à reconnaître, extraire et implanter des gènes résistants.

        Le peuplier a une croissance rapide, c’est, d’ailleurs, pour cela qu’il a été le premier arbre séquencé, on sait aujourd’hui qu’il possède 38 chromosomes. Le séquençage permet de connaître la fonction de chaque gène et donc de croiser différents spécimens pour une meilleure productivité ainsi qu’une meilleure qualité. Certains de ces spécimens se sont déjà adaptés à des climats différents (arides, désertiques)

SP

Posté par SVT-Rimbaud à 13:49 - - Permalien [#]


L'INRA et la préservation du peuplier noir

On peut tout d’abord penser que l’intérêt que porte l’INRA* à la préservation du peuplier est avant tout économique. En effet, le bois de peuplier connaît de nombreux usages : utilisé il y a plusieurs siècles pour les ouvrages de charpente, il est toujours actuellement employé dans la fabrication du papier et de bois de cagettes et d’allumettes. Conserver le peuplier noir sauvage, c’est maintenir un réservoir de diversité génétique pour produire de nouveaux hybrides cultivés, les peupliers noirs sauvages apportant des allèles de robustesse (rusticité) et de résistance aux maladies.

Tout n’est cependant pas affaire de commerce…On reconnaît désormais au peuplier un rôle prépondérant dans l’écosystème ripisylve. En premier lieu, c’est un important support de biodiversité : de nombreux insectes et autres animaux y trouvent leur nourriture, par exemple l’abeille, friande de sa résine. Arrivé à un stade âgé, les crevasses de son bois fournissent des abris à certains animaux, notamment les chauves-souris. Les racines de cet arbre jouent quant à elles un double rôle : tout en stabilisant mécaniquement les berges, elles absorbent et filtrent les eaux qui s’écoulent des champs alentours, riches en engrais, empêchant le déversement excessif d’azote dans le cours d’eau. Protéger et conserver le peuplier noir, c’est donc protéger tout l’écosystème ripisylve, actuellement menacé.

Et, quand l’Homme a malheureusement déjà commis des dégâts sur cet environnement, c’est encore là que le peuplier noir peut lui être utile. Sa capacité de filtration des eaux fait qu’on le plante sur des sols pollués pour les « nettoyer » c’est la phytoremédiation. Il entre également parmi les arbres utilisés dans les programmes de revégétalisation des cours d’eau dégradés. Des variétés ont ainsi été homologuées au niveau national et sont disponibles pour ces programmes. Il ne s’agit bien entendu pas de clones, dont les inconvénients ont été précédemment évoqués, mais d’un mélange d’individus du même territoire géographique : Loire, Rhin ou Garonne. D’autres homologations sont à l’étude.

Que ce soit pour ses enjeux économiques ou environnementaux, la préservation d’une diversité génétique du peuplier noir constitue donc un enjeu important pour l’INRA.

*INRA : Institut National de Recherche Agronomique

Posté par SVT-Rimbaud à 22:08 - Permalien [#]

Comment reconnaître un peuplier noir?

Il existe 3 sortes de peupliers noirs autour de nous :

-       Le Populus nigra sauvage, rare dans notre région.

-       Le Populus nigra italica, ensemble de clones issu d’un seul individu mâle, très fréquemment utilisé en ornement, notamment le long des stades de football. Son ADN, semblable dans chaque individu, constitue la plus grande quantité d’ADN identique sur notre planète !

-       Les peupliers hybrides de Populus nigra, créés à des fins économiques, notamment pour l’industrie papetière.

                             

Populus nigra, var italica                          Populus nigra L      Peuplier noir sauvage           Espèce hybride de Populus nigra       

                           

images (3)                        images (4)        images (5)

 

 

                                              

 

 Si le Populus nigra sauvage se distingue aisément de l’italica, différencier un peuplier noir sauvage d’un hybride est beaucoup plus complexe….Nous vous proposons cette fiche éditée par Euforgen pour vous aider:

fiche_identification

 L’identification reste toujours délicate…Le mieux est de les rechercher en hiver. Après avoir repérer le port courbé, un des critères le plus fiable est d’étudier la taille de leurs bourgeons. A titre de référence, nous vous proposons cette photo à l’échelle d’un bourgeon végétatif de peuplier noir, issu du site du l’INRA consacré à cet arbre :

 9                                                  

Nous remercions Marc Villar et son site consacré au peuplier noir pour l’élaboration de cet article, ainsi qu’Euforgen pour sa fiche d’identification :

http://peupliernoir.orleans.inra.fr/

 

 

Posté par SVT-Rimbaud à 22:14 - Permalien [#]

20 février 2012

Un chercheur de l'INRA au lycée Rimbaud

En ce 13 février 2011, M Marc Villar, chercheur à l’INRA, spécialiste français du peuplier noir, est venu nous rendre visite au lycée à l’occasion de son premier passage dans la région, enthousiasmé par les photos d’arbre que nous lui avions envoyées.

265

Cette visite a commencé par une conférence destinée aux élèves de l’atelier de 1S et des 2K. M Villar nous a ainsi présenté son métier de chercheur, sa carrière, ses études, ses motivations, tout en nous parlant de sa mission pour la recherche et la sauvegarde du peuplier noir sur le territoire français.

266

Après avoir répondu à nos questions, M Villar est parti sur le terrain avec les élèves de 1S pour examiner les specimens que nous avions repéré dans le douaisis.

250                               243

Telle ne fut pas notre déception ! Tous les peupliers que nous avions repérés et pensions être de bons candidats étaient en fait des hybrides ! Le verdict fut le même dans les autres secteurs, au niveau d’Haubourdin et de Saint-Amand.

Marc Villar ne renonce pourtant pas à l’idée de trouver des peupliers noirs sauvages dans notre région. Des indices lui laissent supposer que des individus pourraient être présents en région dunkerquoise et il reviendra pendant l’hiver 2012. Croisons les doigts !

Posté par SVT-Rimbaud à 17:41 - Permalien [#]

16 mars 2012

Arrivée des boutures au lycée

Arrivée de boutures au lycée

Nous nous retrouvions donc sans échantillons locaux disponibles pour participer au projet Peuplier.

Marc Villar s’est alors proposé de nous faire parvenir des boutures de la pépinière de Guémené-  Penfao

Nous avons ainsi reçu fin mars 5 boutures corses et 5 du bassin de la Seine.

 1

L’idée nous est aussi venue de nous tourner vers l’Angleterre : le peuplier noir y est présent et un « Black Poplar Trail » est même proposé à Aylesbury.

Matthew Dodds,  actif dans la protection de l’environnement anglais et particulièrement pour le peuplier noir, travaillant au sein d’une pépinière de conservation, nous a ainsi très aimablement envoyé 20 échantillons anglais et mis en relation avec l’homologue anglais de Marc Villar, Joann Cottrell, chercheuse au sein du Forest Research, qui nous a fourni des documents très variés.

 2

Nous avons ainsi appris que seuls 7000 arbres étaient encore recensés en Angleterre, avec sans doute peu de diversité génétique. La grande urbanisation de ce pays serait responsable de ce déclin, comme en France. Les peupliers noirs anglais seraient par contre différents des peupliers du continent (un trait phénotypique simple à observer étant par exemple la présence de poils sur le pétiole) et constituent selon eux une sous-espèce Populus nigra betulifolia.  Différentes hypothèses existent pour expliquer la présence de cet arbre sur l’île : il l’aurait soit recolonisé en plusieurs étapes après la dernière ère glaciaire ou aurait été apporté avec les romains lors de l’invasion du pays.

Nos travaux nous permettront peut-être de travailler sur toutes ces questions et hypothèses.

Posté par SVT-Rimbaud à 17:42 - Permalien [#]

30 mars 2012

Début des travaux sur paillasse....

Les élèves de 1S1 ont ainsi enfin pu commencé les extractions et les PCR. Suivez les étapes de leurs manipulations avec ses documents en pdf. Nous pouvons vous envoyer le diaporama si vous le souhaitez:

Extraction_1

Extraction_2

Extraction_3

R_alisation_de_la_PCR

Posté par SVT-Rimbaud à 17:46 - Permalien [#]