14 octobre 2011

L'INRA et la préservation du peuplier noir

On peut tout d’abord penser que l’intérêt que porte l’INRA* à la préservation du peuplier est avant tout économique. En effet, le bois de peuplier connaît de nombreux usages : utilisé il y a plusieurs siècles pour les ouvrages de charpente, il est toujours actuellement employé dans la fabrication du papier et de bois de cagettes et d’allumettes. Conserver le peuplier noir sauvage, c’est maintenir un réservoir de diversité génétique pour produire de nouveaux hybrides cultivés, les peupliers noirs sauvages apportant des allèles de robustesse (rusticité) et de résistance aux maladies.

Tout n’est cependant pas affaire de commerce…On reconnaît désormais au peuplier un rôle prépondérant dans l’écosystème ripisylve. En premier lieu, c’est un important support de biodiversité : de nombreux insectes et autres animaux y trouvent leur nourriture, par exemple l’abeille, friande de sa résine. Arrivé à un stade âgé, les crevasses de son bois fournissent des abris à certains animaux, notamment les chauves-souris. Les racines de cet arbre jouent quant à elles un double rôle : tout en stabilisant mécaniquement les berges, elles absorbent et filtrent les eaux qui s’écoulent des champs alentours, riches en engrais, empêchant le déversement excessif d’azote dans le cours d’eau. Protéger et conserver le peuplier noir, c’est donc protéger tout l’écosystème ripisylve, actuellement menacé.

Et, quand l’Homme a malheureusement déjà commis des dégâts sur cet environnement, c’est encore là que le peuplier noir peut lui être utile. Sa capacité de filtration des eaux fait qu’on le plante sur des sols pollués pour les « nettoyer » c’est la phytoremédiation. Il entre également parmi les arbres utilisés dans les programmes de revégétalisation des cours d’eau dégradés. Des variétés ont ainsi été homologuées au niveau national et sont disponibles pour ces programmes. Il ne s’agit bien entendu pas de clones, dont les inconvénients ont été précédemment évoqués, mais d’un mélange d’individus du même territoire géographique : Loire, Rhin ou Garonne. D’autres homologations sont à l’étude.

Que ce soit pour ses enjeux économiques ou environnementaux, la préservation d’une diversité génétique du peuplier noir constitue donc un enjeu important pour l’INRA.

*INRA : Institut National de Recherche Agronomique

Posté par SVT-Rimbaud à 22:08 - Permalien [#]